Circuit touristique

La grotte Notre-Dame-de-Lourdes

Mont-Joli obtient en 1905 le statut de paroisse sous le vocable de Notre-Dame-de-Lourdes du Mont-Joli. Le jour du décret de l’érection canonique, soit le 11 février, coïncide avec la date anniversaire de la première apparition de la vierge à Lourdes. Son premier curé fraîchement investi, J.-A. Verreault, fervent dévot de la Vierge, met alors en branle un premier projet de grotte. L’année suivante, un modeste aménagement se dresse aux flancs de la première église en bois construite sur le monticule. Quelques grosses roches empilées, recouvertes de végétation, sur lesquelles on installe une statue de la Vierge Marie surplombent un petit escalier de dix marches, le tout donnant l’apparence d’une grotte. Cette statue de la Vierge qu’on avait retirée du maître-autel pour l’exposer ainsi en plein air sera l’hôte de nombreux miracles. C’est le seul élément qui a voyagé jusqu’à notre époque et qui habille la niche de la grotte actuelle.

Dès l’été 1907, la jeune Victoria Smith-Gosselin, victime d’un accident sur la voie ferrée et qui avait perdu l’usage de ses jambes, venait prier quotidiennement au pied de cette statue. Une neuvaine à son intention en août se terminera par une miraculeuse guérison sous le regard des témoins ébahis. Il s’ensuivra une dévotion mariale incroyable. Chacune des paroisses environnantes aura son moment estival pour faire pèlerinage. C’est ainsi que la notoriété de cette petite grotte augmente d’année en année, au gré des guérisons et des faveurs obtenues.

Au moment de la construction de la nouvelle église de pierre actuelle en 1925, la paroisse y fit aménager la grotte actuelle. Profitant de l’escarpement naturel de ce site unique, ce joyau sculpté à flanc de montagne aura nécessité des tonnes de pierres des champs de différentes tailles et près de deux mille jours de travail. Elle fut bénie le 15 août 1928 par Monseigneur Georges Courchesnes, évêque du diocèse de Rimouski.

  • 499
  • 0